© 2018 par PdB et Partenaires

Centre de vie enfantine, Tolochenaz

2010

Ce projet complète le bâti dans l'espace vide au Sud de l'école et dans l'axe central villageois en s'appuyant et reprenant les géométries et alignements propres aux deux cotés.
Il s'en dégage ainsi deux volumétries proches de celles existantes sur ce lieu, distantes l'une de l'autre de manière à décomposer les masses et à définir un espace central protégé, un foyer, une place.
Ces deux volumes se distinguent aussi par leur complémentarité. L'un abrite les quatre secteurs des enfants alors que l'autre répond au programme des services et au centre se situent les espaces communs de rencontres.
Les deux géométries permettent également de renforcer le caractère de l'espace central en se refermant coté entrée au Nord et en s'ouvrant sur le Sud (Soleil, espace, verdure). Cet espace central est totalement transparent et traversant.
Par le décalage des deux corps principaux, on obtient une meilleure définition des espaces extérieurs : Au Nord, le préau existant est ainsi « tenu » et offre un espace protégé du traffic routier. Celui-ci étant contenu sur la partie Ouest du projet (garage pour 3 véhicules et zone de déchargement pour la cuisine ou la lingerie. Au Sud, l'espace s'ouvre sur le jardin.
Les toitures à deux pans suivent la logique du plan et reçoivent deux traitements distincts sur les pignons : Avec croupes sur les cotés comportant deux niveaux et alignement sur les bâtiments voisins; en pignon: droit sur les cotés contenus avec un seul niveau.
Ce Centre de Vie Enfantine est à l'image d'un logement, premier repère de l'enfant :
- Un espace central et commun de référence représentant le coeur de la maison : Le foyer, utilisé par tous, de manière indépendante ou en communauté, servant également de liaison entre les deux niveaux du bâtiment.
- Le foyer est défini et tenu par deux « maisons » indépendantes qui s'apparentent à la chambre, ou à la maison de poupées. Chacune a sa propre identité.
La disposition des groupes d'enfants dans le bâtiment et les niveaux des planchers correspondent à la mobilité des quatre secteurs d'âges. Cette disposition permet de concrétiser formellement et avec des moyens simples, l'idée de progression et de développement de l'enfant.